Archive pour décembre, 2013

Marraude et chapardages !!!!!

Parfois, ne sachant que trop faire nous trainions dans les cités des mines repérions les cerisiers , les pruniers par endroits certains jardiniers plantaient même des pêchers , la saison des fruits venues nous ne manquions jamais le temps de la « maraude « d’arbres en arbres nous faisant plus ou moins courser par les propriétaires .Nous étions gaver de cerises de bonnes prunes et même parfois de quelques poires nous faisions les acrobates pour parvenir aux branches les plus garnies , quitte à en casser une et de nous enfuir avec lorsque le danger de se faire piquer devenait trop risquer.Parfois en sale garnement que nous étions nous suivions une pauvre petite vieille un peu le souffre douleur de la cité, les jeunes l’appelaient MARIE- NANASSE c’était une toute petite vieille vraiment hideuse presque sortie d’un mauvais conte de fée,il ne lui manquait q’un balai pour être la vrai sorcière du coin bien qu’elle se promenait souvent avec un bâton à la main et n’hésitait pas à tenter de nous attraper, elle nous glaçait le sang à nous faire trembler de peur rien qu’à l’idée qu’elle puisse nous tomber dessus.On la disait un peu simple d’esprit souvent lors d’un mariage qui se déroulait dans la salle prés de l’église , elle débarquait en plein vin d’honneur et s’invitait à boire un petit vin blanc et se servait dans les plats d’apéritifs avant d’être éjecter de la noce . je l’ai même vu se servir dans un magasin en centre ville et se payer un bon morceau de gruyère au nez de la vendeuse médusée par tant d’audace .Elle habitait une petite maison des mines derrière la nôtre , nos moqueries l’énervait et souvent elle devenait vraiment méchante , elle débarquait chez nos parents pour se plaindre .On se faisait gronder – Mais vous ne pouvez pas laisser cette pauvre petite vieille ? hurlait notre mère !! Cela ne nous empêchaient pas de recommencer à la première occasion que nous la croisions .Du jour au lendemain nous ne la vîmes plus,était-elle malade? elle mourut presque dans l’anonymat complet ,qui aurait voulu s’occuper de « la petite sorcière « .Néanmoins elle nous manqua ,on reparla souvent d’elle en riant de nos petites conneries .

Publié dans:famille |on 26 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

Sur la plaine avec nos Alouettes de mômes .

La cité des alouettes possédait jadis sur le haut des alouettes , un vaste terrain autour de son église tous les mômes des cités aimaient s’y retrouver pour y jouer au football dans des matchs qui duraient à n’en plus finir et parfois notamment l’été nous faisions de petites alouettes en papier relié à une longue corde de laine en guise de queue et pour la faire voler on nouait une bobine de fil à coudre chapardée à notre mère .Evidemment pas la peine de vous décrire la scène lorsque notre mère finissait par s’apercevoir qu’elle n’avait plus de bobines de fils pour recoudre nos fonds de pantalons (noire ou blanc ) .Nos alouettes s’élevaient tellement haut dans le ciel qu’ils nous arrivaient de les perdre de vues et ils terminaient très souvent sur les fils à haute tension ou se regroupaient chaque année des milliers d’hirondelles avant de prendre leur envol pour leur longue migration .Penauds nous rentrions tous chez nous sans trop nous vanter de la triste fin de notre cerf -volant de fortune .

Publié dans:famille |on 23 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

La mémoire est la sentinelle de l’esprit( william shakespeare )

Certaines personnes ont la faculté de tourner la page sur ce qui s’est passé durant leur vie, d’autres la déchire, moi j’en relis constamment certains récits au point de replonger au plus profond de mes souvenirs et même d’aller au delà  .En me penchant sur ma généalogie paternel j’y découvre ma famille !!

Publié dans:famille |on 21 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

cité des Alouettes !!!!!

« La mémoire est la sentinelle de l’esprit. » C’est l’heure charmante ou l’alouette s’élève dans le ciel, salue de ses trilles et de ses roulades le matin jeune, virginal et triomphant . (Octave Mirabeau, le tripot aux champs . Le journal 27 septembre 1896 .)
« Le souvenir a besoin de mélancolie pour avoir tout son parfum » (Anne Barratin (1920 )

Publié dans:famille |on 21 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

Le stock chant 1 |
Instantdemavie |
Ségolène et Gaspard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CE2 MARGALHAN
| Lamamanimparfaite
| Thewildthornberrys